mercredi 10 mars 2010

Les impostures républicaines.

La scandaleuse reconstitution des privilèges de la nouvelle aristocratie parlementaire.

Faites passer à tout votre carnet d’adresses. Il faut que cela se sache ! Ou alors c'est que nous ne sommes que des veaux...

Pour chaque député non réélu, les Français devront payer 417.120 euros, soit 60 mois x 6952 €.

C'est la nouvelle indemnité chômage des députés ! Repris ce matin sur RMC par JJ BOURDIN qui souligne que les élus de la gauche à la droite sont tous d'accord.

La plupart des médias n’en parlent pas !

À l'issue des 5 ans d'indemnités, les députés non réélus percevront à vie 20 % de ce traitement soient 1390 € par mois. Alors, faites des efforts, travaillez pour payer des impôts qui serviront à payer les "golden parachute" de nos députés.

Mais pourquoi 5 ans ? C'est précisément le temps d'une alternance législative. Ce vote intervient au moment où les candidats nous parlent des efforts que devront consentir les Français pour réduire la dette et dénoncent le train de vie dispendieux de l'État ! L’information sur la nouvelle indemnité « chômage » des députés a été relevée par le Canard Enchaîné : le 7 février 2007. Puis reprise et précisée par le Midi Libre, le 1er Mars 2007. Curieusement, ce sont les seuls médias à en avoir parlé. Silence total du côté des télés, radios ou des autres journaux, habituellement pressés de dénoncer les parachutes en or de certains grands patrons (certes avec raison).

Pourquoi se taisent-ils sur cette affaire ? Sans doute parce que cette loi a été votée en douce, par tous les groupes politiques, UMP, PS, UDF et PCF, qui savent parfaitement s'entendre lorsqu'il s'agit de s'octroyer des avantages sur le dos des Français.

Avant de quitter son perchoir, Jean-Louis Debré a fait voter à l'unanimité et dans le silence complet, une loi pour que désormais, un député non réélu touche pendant 60 mois au lieu de 6 mois son indemnité mensuelle nette qui est à ce jour, selon info sur site Assemblée nationale, de 5178 €, soit 6952 € bruts.

Chaque député non réélu coûte donc aux Français 417.180,00 euros sur 5 ans ! Sans parler de ce qu'il leur coûtera " à vie " ! Ces indemnités ont été attribuées aux députés et définies par l'ordonnance n° 58-1 210 du 13 décembre 1958. L'indemnité de base est calculée par référence au traitement des fonctionnaires occupant des emplois de l'État classés dans la catégorie présentement dite hors échelle. Elle est égale à la moyenne du traitement le plus bas et du traitement le plus élevé de cette catégorie, ce qui correspond au traitement d'un conseiller d'État ayant moins d'une année d'ancienneté dans son grade. S'y ajoute l'indemnité de résidence, comme pour les fonctionnaires, au taux de 3 %. Selon l'article 2 de l'ordonnance précitée : "L'indemnité parlementaire est complétée par une indemnité dite de fonction". Le montant de cette indemnité est égal au quart du montant de l'indemnité parlementaire (indemnité parlementaire proprement dite majorée de l'indemnité de résidence).

Depuis le 1er février 2007, les indemnités mensuelles brutes sont les suivantes :

- Indemnité de base : 5 400, 32 €. Indemnité de résidence (3 %) : 162, 01 euros

- Indemnité de fonction (25 % du total) : 1390, 58 €. - Soit brut mensuel 6 952,91 euros- Retenues obligatoires devant être déduites du brut mensuel, diverses retenues : - Cotisation à la caisse des pensions pendant les 15 premières années de mandat : 1153,08 €. - Contribution exceptionnelle de solidarité : 55,62 €. C. S. G. et contribution au remboursement de la dette sociale : 539,55 €. Cotisation au fonds de garantie de ressources : 27,00 €.Soit nets mensuels 5177,66 euros.

Avant de quitter la présidence de l’Assemblée nationale, Jean-Louis Debré, nouveau président du conseil constitutionnel, a fait un joli cadeau à ses amis députés de tous les partis ! Bien entendu cette généreuse "indemnité chômage" est totalement inconditionnelle, et l'heureux bénéficiaire de cette jolie rémunération de 5 ans n’est tenu à aucun engagement, par exemple : justifier de la recherche d’un nouvel emploi, d’une visite mensuelle à l’ANPE, ou d’une activité justifiant cette « Aide Sociale »… bref, tout ce qui est demandé à des chômeurs ordinaires. Voilà de quoi crève la République, de la corruption de ses élites, car évidemment aucun parti n’a protesté, vu que tous bénéficieront des largesses de M. Debré.

Si vous êtes scandalisé de cette corruption de la technostructure et refusez d’être pris pour un gueux taxable et corvéable à merci, diffusez au moins ce message. Sinon contentez-vous de payer ! Vous le valez bien !


Chaque citoyen à le devoir, dans la mesure de ses possibilités, de défendre les acquis que lui confère la Déclaration des Droits de l'Homme et du Citoyen de 1789. Participer au renforcement d'une indignation collective est un minimum en matière d'atteinte au principe d'égalité.

Article premier - Les hommes naissent et demeurent libres et égaux en droits. Les distinctions sociales ne peuvent être fondées que sur l'utilité commune.


.

7 commentaires:

Anonyme a dit…

Merci, mais je ne vois pas ce que je peux changer à mon niveau je suis un pauvre ouvrier, il faut que vous vous débarassiez de ces gens qui se sont mis à nos tètes, moi je ne peux rien y faire, car personne ne me suit, et puis de toute façon je me ferais descendre si je commettais un attentat à l'elysée ou dans une banque, et puis je n'ai pas envie de massacrer des gens, "tu ne tueras point" il me semble,je n'ai pas envie d'y laisser mon ame; alors il faut agir plus haut ce n'est pas moi qui est mis à nos tètes ces gens là, il me semble, alors que voulez-vous que je fasse de plus..sans aides veritables du haut je ne peux rien faire, je n'ai aucun pouvoir juste la communication mais c'est tout..
SVP faites quelquechose..Débarassez-vous de ces voyous.Ce n'est pas de mon NIVO.

Le Gaulois libre a dit…

Chaque citoyen possède une part de la souveraineté nationale, s’il en a conscience, et s’il accède à la connaissance sans laquelle il n’est plus citoyen, mais un simple sujet subalterne d’une technostructure, alors il a toujours l’occasion d’agir en fonction de ses convictions.

Exemple : ne pas voter lorsqu’il n’y a comme candidats que des politiciens manifestement corrompus, comme je le démontre dans mon dernier livre :

La Dictature à la Française...

C’est peut-être moins tapageur que de commettre un attentat, mais c’est à la longue autrement plus efficace, surtout si cette abstention volontaire devient majoritaire...

Anonyme a dit…

lolo à ajouté :

Si j'ai bien compris. Ce que reçoit ces députés (privilèges, indemnités...) doit être aussi appliqué à nous citoyen ... Est-ce dans ce sens que je peux oeuvrer : montrer aux citoyens la violation de la ddhc par le biais de cette info sur les privilèges des députés? ou aller voir ces députés pour faire appliquer ces privilèges au peuple également pour l'égalité ? Quelle est la procédure à mettre en route ?

Le Gaulois libre a dit…

Mon cher lolo,

Si tout le monde a les mêmes droits, il ne s’agit plus de privilège, mais encore faut-il que la généralisation de ce droit soit possible...

Je doute qu’aligner les droits des citoyens sur les avantages des privilèges de nos députés, puisse être supportable par la Nation.

Les premières choses à faire sont résumées en fin de mon livre la Dictature à la Française en téléchargement gratuit.

Mais une des plus importantes reste de ne jamais voter pour un élu bénéficiant de privilèges ou défendant le moindre privilège, ce qui démontre à l’évidence qu’il ne respecte pas la légalité républicaine...

Ce serait comme mettre les plus grands escrocs de haut vole à la tête du ministère des Finances...

Bon, je sais , ce n’est pas un bon exemple vu qu’ils y sont déjà...:-)

Baja a dit…

http://blogs.rue89.com/mon-oeil/2007/04/06/indemnites-chomage-des-deputes-mechante-rumeur

Anonyme a dit…

La réalité est plus compliquée :

1) Cette mesure ne vient pas d'être votée par le bureau de l'AN, elle l'a été en 2003.

2) Elle ne concerne pas les députés issus de la fonction publique (soit 40% des députés) ni les retraités. En 2002, seuls 11 députés ont bénéficié de l'indemnité de six mois.

3) L'indemnité nouvelle sera dégressive : même rémunération pendant 6 mois, puis 70% pendant 6 mois, puis 60% pendant les six mois suivants, puis 50%, puis une baisse de 5% par semestre.

4) Cette mesure n'est pas financée par les contribuables mais par les députés eux-mêmes : une cotisation de 0,5% prélevée sur leurs émoluments.

Bon, tout cela reste confortable, et la mise en place de ce système n'a pas été très transparente. Mais l'affaire est un peu moins scandaleuse quand même, non ?


► Cette note a été publiée pour la première fois le 6 avril 2007. Nous la republions, car nous continuons à recevoir mails et questions sur le sujet.

EXTRAIT DE RUE89

Alcyome a dit…

Appelons tous les français à voter blanc aux prochaines élections présidentielles.......le gaulois libre à bien raison...à nous masse laborieuse à faire respecter la ddhc.....bien amicalement à vous tous.